[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] [index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]
[index]

UN PEU D’HISTOIRE :

Le nom de la commune a subi au cours des siècles de nombreuses altérations, il  est mentionné au VIIe et au IXe siècle  sous 
le nom de SITRUDIS ou SIDRUNIS et finalement  SORRUS .
Selon la légende ce nom découlerait de la rencontre entre SIGETRUDE, Châtelaine de l’endroit et épouse du Seigneur de Boulogne
et un évangélisateur  nommé  RIQUIER  (580-645).  Ce dernier revenant d’Angleterre et quittant le port de  Quentovic  aurait été surpris par la nuit , un soir d’hiver . Il aurait alors demandé l’hospitalité à la châtelaine des lieux qui lui refusa .
Pendant la nuit alors que RIQUIER et ses compagnons trouvent refuge dans un fossé, la neige tombant abondamment,
les épargne miraculeusement. Averti de ce prodigue, la dame des lieux , SIGETRUDE offre au saint son domaine et son nom .

 L’eau manquant sur ce territoire, le saint planta son bâton dans le sol et une fontaine jaillit .
C’est vraisemblablement autour de cette fontaine  qui subsiste toujours face à  l’église que le village se
créa et se développa.

Le village est en réalité antérieur à cet épisode car la présence de fours à sel découverts lors des fouilles
précédant la constructions de l’autoroute A16  révèle une occupation néolithique du secteur (le sel était
obtenu par ébullition de l’eau de mer). SORRUS était autrefois célèbre pour ses potiers , dont l’industrie
n’a disparu qu’en 1892.  Les produits céramiques de SORRUS, identifiés dès le XVIe  siècle étaient très divers
(carreaux de dallage, plats, bénitiers statuettes, pots, vases,…)

Les historiens pensent toutefois que si  la terre venait  de SORRUS, les potiers se trouvaient quant à eux à MONTREUIL.
Par contre le village  s’est ensuite spécialisé dans la fabrication de pannes. Les lendemains de tempêtes, les artisans des lieux 
avec leurs ânes chargés de pannes  prenaient le chemin de la côte ou ils étaient attendus .
En effet , on trouvait  sur son territoire des garennes ou wattines qui fournissaient une terre idéale pour cet usage, 
moyennant une redevance.
Ces terrains, alors propriété privée ont basculé après la révolution dans le domaine public. Ils furent donc restitués à la commune de SORRUS et désignés sous le nom de communal.

 LE BLASON :
Ce sont les armes de David de Brimeu, quelque peu modifiées, que la commune de Sorrus a adoptées par une délibération du Conseil Municipal prise le 26 mai 1995.
David de Brimeu, seigneur d’Humbercourt, était l’époux de Marie de Sorrus à la fin du XIVe siècle. Il portait un « écartelé aux 1 et 4 d’argent à trois aigles de gueules becquées et membrées d’azur, aux 2 et 3 d’argent à la bande de gueules ».
Sur le blason communal de Sorrus, c’est un  « fretté de gueules et d’argent » qui figure dans les parties 2 et 3.